Les adresses pour trouver un centre d'acortement

IVG : de la banalisation au traumatisme, quelle place pour le vécu des femmes ?

Il existe autant d’expériences de l’avortement que de femmes différentes. L’interruption d’une grossesse peut être bien vécue, quand on l’a choisie, que l’on est sûre de sa décision et idéalement, soutenue. Le plus souvent, ce qui est difficile pour les femmes ce sont les conditions entourant la démarche, la perte de temps pour arriver au bon endroit, les remarques désobligeantes et autres jugements renvoyés par les interlocuteurs… Quant aux séquelles psychologiques, l’IVG n’en est pas en elle-même responsable, elle se confronte à un contexte personnel et des éléments de vie préexistants.

Près de 40 ans après l’acquisition du droit d’interrompre volontairement une grossesse, Gaëlle-Marie Zimmerman pose la question de ‘la liberté des femmes de ressentir les choses comme elles l’entendent’.

Lire l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

six − deux =