Les adresses pour trouver un centre d'acortement

En aucun cas je ne regrette ma décision

Je me rappellerai toujours de cet date , le 7 octobre 2014. J’avais 18 ans, j’en ai maintenant bientôt 20 et je ne regrette pas ma décision. Originaire des DOM-TOM, je venais m’installer en France pour mes études, j’avais tout laissé derrière moi : mes parents, mes amis et mon petit ami avec qui j’était depuis presque 1 an. Une fois installé en France et que les cours on commencé, mes règles n’arrivaient toujours pas et en plus de ça je ne supportait plus certaines odeurs… 5 tests plus tard , et j’ai découvert que j’était bien enceinte. Je ne savais pas quoi faire j’étais perdu, personne que je pouvais allé voir, les gens que je venais de rencontré n’était pas des personnes à qui je pouvais confier une telle chose. J’en ai parlé avec mon copain et j’ai décidé d’avorter. Je n’ai pas prévenu mes parents ni mes frères, pourquoi? Je ne sais pas, je n’ai juste pas réussi, j’ai essayé de leur en parler, mais je trouvais jamais le bon moment ou même les mots. Je suis donc allé à l’hôpital ou j’avais RDV pour un IVG par anesthésie locale. L’opération c’est bien passé , l’infirmière a été géniale avec moi. Le plus dur à été l’après, la distance plus ce qui se passait a eu raison de mon couple. Je me suis blâmé moi même pendant des mois. Je suis devenu irritable et à cela s’ajoutait la pression des études. Cet été je suis rentrée chez moi, j’ai donc fait face à ma mère mon père et mon ex petit ami. Tout a du remonter à la surface, j’ai découvert que j’avais beaucoup blessé mes parents dans le fait de ne pas leur dire la vérité, ils auraient aimé être la pour moi. Il n’y a pas un jour ou je n’y pense pas. Je me suis toujours demandé à quoi il aurait ressemblait, ce qu’il aurait accompli dans la vie.. Cela m’a rendu plus forte, et m’a changé je ne vois plus la vie de la même manière. Le plus dur a été de mettre des mots sur ce que j’ai ressenti à ce moment la. Pour toutes ces femmes qui y font face aujourd’hui, je vous conseille d’en parler à vos proches ils seront la pour vous soutenir, et ne vous jugerons pas, cela rendra le moment moins dur. Le suivi psychologique est également important, il vous permet d’être en paix avec vous même. Je l’ai moi même refusé au début et ma mère m’a ensuite obligé à consulter et je la remercie car ça m’a fait beaucoup de bien. Cette nouvelle année est maintenant un nouveau départ pour moi, et en aucun cas je ne regrette ma décision.

Marie98

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatorze + 16 =