Les adresses pour trouver un centre d'acortement

Dix ans plus tard …

J’y repensais il y a peu. Dix ans que j’ai subi une grossesse non désirée, grossesse qui heureusement a pu se solder par une IVG certes douloureuse sur le plan physique mais libératrice à terme, évidemment (déjà à l’époque je ne voulais pas d’enfant, avec qui que ce soit d’ailleurs… ce que j’ai dû justifier maintes fois).

Un passage culpabilisateur ceci dit, jalonné par des revues anti IVG et autres sites douteux qui visaient à me taxer de meurtrière, même si la manière d’avancer les choses étaient plus vicieuses et moins franches que cela. Heureusement, le médecin que j’avais rencontré m’a dit qu’il ne fallait pas perdre de temps avant de m’orienter convenablement. Il faut dire que j’ai la chance d’habiter une grande ville et que les établissements qui acceptent les femmes qui souhaitent interrompre leur grossesse sont encore aisément trouvables. Je me souviens ne pas avoir été traitée de la même façon que d’autres femmes plus âgées ou d’un rang  social / statut différent mais le principal a été fait et je n’ai pas eu de suites douloureuses.

Ce que j’aimerais, c’est qu’une liste d’adresses relative à la stérilisation volontaire (à laquelle j’aurais aimé avoir recours à cet âge là voire bien avant) soit également mise en oeuvre car de nombreuses femmes se voient essuyer des refus parfois humiliants et personne ne les aide vraiment à trouver les solutions qui peuvent leur convenir, les solutions de LEUR choix, et non pas ce qui leur est le plus souvent imposé.

Chaminou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × cinq =